Le QI est un quotient intellectuel bien connu. Mais il existe également le terme QE. Il s’agit du quotient émotionnel, un quotient intellectuel de l’esprit. Récemment, l’idée traditionnelle selon laquelle, pour réussir dans les affaires, il faut juste être intelligent et d'avoir un QI élevé, a laissé place à l’importance du QE, de faire preuve d’empathie et d'un sens élevé de l'éthique.

Cela explique d'ailleurs pourquoi la brasserie Asahi Shuzo, qui se présentait jusqu'à récemment comme « une petite brasserie au fin fond des montagnes de Yamaguchi » emploie plus de 170 personnes, soit la plus grande équipe de production de l'industrie du saké. (Et en effet la « petite brasserie de saké » n’était autrefois que la quatrième plus grande de l'Association des brasseurs de saké d'Iwakuni, en termes de volume).

C’est parce que le QI peut sans doute être remplacé par des machines, mais le QE lui ne peut pas être remplacé par des machines. On pourrait sans doute faire presque aussi bien en divisant encore le processus de brassage. Mais cela coûterait énormément d'argent. Dassai peut maintenant ses prix actuels car ce sont de vraies personnes qui sont responsables de cette partie du processus.

Chaque fois que j'entends des professionnels de l’industrie du saké ou des amateurs autoproclamés dire « Dassai est fabriqué avec des machines et des données (je ne l'ai jamais vu, mais quelqu'un me l'a dit) (bien sûr, je ne me souviens pas de qui est ce quelqu'un) et c’est un saké ennuyeux », les visages de tout le personnel de fabrication qui travaille dur me viennent à l'esprit et cela me rend triste.

Il n'y a pas de raison de s'inquiéter pour ça, mais j'ai entendu une histoire intéressante l'autre jour. Un journaliste gastronomique, qui est également un expert en vins européens et en whisky Scotch, m'a dit « 170 employés de production dans une seule brasserie, c'est incroyable ! On n'a pas ça dans le vin, on n'a pas ça dans le champagne. Même le whisky scotch est fabriqué en général par une douzaine de personnes. » Même dans le domaine du vin, si vous allez en Amérique du Sud, il y a de grands producteurs, mais ils sont très mécanisés et n'ont pas beaucoup de personnel, tout comme les grandes brasseries de saké japonais.

Les volumes de production de bière sont d'un autre ordre de grandeur, donc je suis sûr qu'il y a des brasseries qui ont plus de personnel de production que nous, même si elles sont mécanisées, mais en les excluant, le journaliste m’a dit « je pense que c’est chez vous qu’il y a le plus de personnes pour la fabrication dans le monde ».

Je pense que c’est possible parce que la méthodologie de DASSAI pour « fabriquer du bon saké » est spécifique au Japon. En d’autres termes, nous accordons de l’importance au « téma », ce qui signifie consacrer plus de temps et d'efforts à la qualité. C'est pourquoi nous avons besoin de beaucoup de main-d'œuvre. De plus, il ne s'agit pas seulement de prendre du temps et de fournir des efforts, mais en faisant cela, nous pouvons créer quelque chose qui est encore un peu meilleur. Dassai est né de la façon spécifique japonaise de considérer le « téma », qui peut être difficile à comprendre et qui est très différent du mode de pensée de l'ancien capitalisme occidental, qui considère le « téma » ou le fait de prendre du temps comme une perte d’efficacité.

En tout cas, « la plus grande équipe de production du monde » ça me plait bien.

« J'aurais aimé pouvoir échanger avec M. Abe, ancien Premier ministre, sur ce que j'ai écrit ici. »

Je me rendrai aux funérailles organisées par la préfecture de Yamaguchi pour M. Abe.